Bilan du stage de Commissaire sportif du 16 décembre 2017







Week end chargé  pour la CRK Nouvelle Aquitaine, qui avait organisé avant les fêtes de fin d’année, un stage de commissaire sportif et d’arbitrage salle Barbey à BORDEAUX, suivi le lendemain par  la coupe de Noël au CREPS de TALENCE.

Animé par Emilie DUPLESSY responsable de la commission sportive au Comité National de Kendo, ce stage diplômant a permis d’aborder toutes les techniques de tenue des tables et des comptages de points lors des compétitions organisées dans nos différentes disciplines, en particulier le kendo, le naginata  et le Iai do.

Moment d’échange et de partage inter-disciplines,  et/ou rappel de « piqures » pour quelques- uns,  Les stagiaires   ont pu également apporter leurs propres  expériences  sur  les pratiques  spécifiques à leurs disciplines.

Cette première partie s’est clôturée par un examen de mise en situation,  qui permet  aux personnes ci-dessous  de participer officiellement en qualité de commissaire sportif, aux différentes compétitions régionales et nationales.


1
BACHELLERIE
JULIETTE
NAGINATA KENDO LIMOGES E.C.
2
PAQUET
ALEXANDRE
NAGINATA KENDO LIMOGES E .C
3
ROCHETEAU
NICOLAS
NAGINATA KENDO LIMOGES E .C
4
BOYAU
JEAN
OMORI40 SOUSTON
5
PERNIAS 
AURELIE
US BOUSCAT NAGINATA
6
THIELEN
ALAIN
US BOUSCAT NAGINATA
7
SCHMITZ
SOPHIE
US BOUSCAT NAGINATA
8
SAMON
LAETITIA
US BOUSCAT NAGINATA
9
CAROFF
PIERRE ANDRE
USB BORDEAUX
10
DUFEIL
GUILLAUME
USB BORDEAUX
11
MAZALEYRAT
CAMILLE
USB BORDEAUX
12
AVRIL
PASCAL
USB BORDEAUX
13
ANDRE
JEAN PIERRE
ASCPA PESSAC
14
NICOLAS
KEVIN
AVIRON BAYONNAIS
15
DUFRENOY
LOIC
AVIRON BAYONNAIS
16
CHEVE
DIDIER
AVIRON BAYONNAIS
17
RIBEYROLLE
PIERRE 
AVIRON BAYONNAIS
18
BRISSAUD
CHRISTOPHE
ASSM ST MEDARD
19
CASSAGNE
ERIC
ASSM ST MEDARD
20
BERNADET
PAUL
ASSM ST MEDARD
21
GOURBEAULT
NICOLAS
KENDO CLUB POITIERS
22
DELALANDE
LOIC
SA MERIGNAC NAGINATA
23
POUCHARD
DOMINIQUE
SA MERIGNAC NAGINATA



Bravo à tous et remerciements à Emilie DUPLESSY, aidée dans cette tâche par Anne-Line et Satoko.



Enchaînement l’après-midi, par l’arbitrage kendo et naginata sur un shiai-jo tracé avec  l’installation de 2 tables de commissaires sportifs, permettant aux stagiaires du matin  de peaufiner leurs pratiques puis de s’exercer à tour de rôle à l’art de l’arbitrage.

L’objectif était également  d’introduire des combats mixtes kendo-naginata en vue de préparer la compétition du lendemain, où un mini tournoi  intitulé « la lance ou le sabre » était programmé.  L’arbitrage KENDO était co-animé par Jean LAMOUR et Vincent GUADARRAMA, aidé  pour le naginata  par l’expertise  de Dominique POUCHARD, Loic DELALANDE et Alain THIELEN, arbitres nationaux dans cette discipline. 

Des différences de formes existent effectivement  entre ces 2 disciplines,  avec généralement un rituel plus élaboré pour le naginata,   et  des postures d’arbitrage parfois un peu différentes : (le hajimé  de départ de combat pour la naginata correspond plutôt à la posture kendo wakaré : -hajimé). Toutefois  ces quelques différences  semblent peu  perturbatrices pour les combattants prêts  à en découdre et  davantage réceptifs aux ordres du « hajimé et du  « yamé ».

En revanche, l’appréciation  du  Ippon   naginata est plus délicate à évaluer au premier abord (du point de vue du kendoka) .  Au niveau de l’uchi par exemple : où  deux lames de bambou ou quatre  juxtaposées ne raisonnent pas de la même manière.  Ainsi   les qualités d’impacts : « coupant », « tranchant », « touchant », « rebondissant » du kendo ,  contrastent  avec les  impacts  du naginata  beaucoup plus posé sur la cible.   Idem pour l’engagement ,  moins  visuel  car lié à la longueur de l’arme : ( il n’est donc  plus nécessaire de dépasser son adversaire),  ou moins sonore  en comparaison avec  le fumikomi  du  kendoka.  Fumikomi  que  l’on associe bien souvent par abus de langage  chez  les  kendokas  à la réalisation du  kikentai.  Certes,  déplacer une  seule jambe ou déplacer le corps  au niveau de la « taille »,  ce n’est plus la même approche !  Car il s’agit bien avec  la notion de  « taî », à  la fois pour le kendo et  le naginata,  de déplacer  le corps avec  les hanches avec in fine la matérialisation  du  retour de la jambe arrière.  C’est donc  cet engagement défini de cette façon,  que l’arbitre doit être capable de mieux estimer  dans l’appréciation du Ippon, notamment pour les rencontres  avec  le  naginata.

Merci aux différents intervenants,  aux  stagiaires arbitres, et aux divers pratiquants kendo et naginata  (Frédéric, Sophie, Christophe, Pierre,…..) qui ont œuvré pour la réussite de cette  journée.



Vincent GUADARRAMA